Accueil > Tous les membres de cette famille ont arrêté de fumer grâce à l'hypnose

Tous les membres de cette famille ont arrêté de fumer grâce à l'hypnose

Si tout est parti du père, le résultat est là : tous les membres de cette famille du Cantal, fumeurs il y a encore un an, ont arrêté de fumer grâce à l’hypnose et la Programmation neuro-linguistique (PNL).

C’est Thierry qui a montré l’exemple. Thierry Periex. Le père. 55 ans. Fumeur invétéré. « À l’époque, c’était classe, au restaurant, tout le monde fumait, celui qui ne fumait pas, c’était le paria. » Fin 2016, une de ses artères se bouche. C’est celle de la jambe, « mais ça aurait pu être pire ». D’ailleurs son médecin l’avertit : « Si vous ne voulez pas me revoir, il faut arrêter de fumer ». Cela a été le déclic.

« J’avais déjà essayé d’arrêter, mais le manque, c’était quelque chose que je redoutais beaucoup, parce que je l’ai connu, et c’est atroce, le manque, quand ça vous tient. » Il en est à un paquet et demi par jour, et il tombe sur la réclame de Karine Bougai, praticienne hypnose PNL (programmation neuro-linguistique). Pourquoi pas ? Il se lance.

Là, on nous apprend à se calmer sans, à respirer. Et la différence, c’est que c’est beaucoup plus durable

C’était un matin, de 8 heures à midi. Quand il sort, il est métamorphosé. « Mon épouse, Odette, fumait autant que moi. On a décidé de faire ça la même journée, donc elle, c’était l’après-midi. Le midi, on s’est croisés. Moi, j’ai déjeuné, je me suis installé dans mon canapé. La cigarette ne m’est même pas venue à l’esprit. Je n’en avais tout bonnement pas envie. » Odette, plus sceptique au départ, obtient le même résultat.

« Le jour de l’opération de mon père, on a accompagné ma mère à Clermont-Ferrand, raconte ensuite le fils, Franck, 25 ans. Avec ma copine [Laura], on fumait dans la voiture, et je voyais ma mère s’abstenir sans avoir l’air de nous envier. Au contraire. Force était de constater que ça avait marché pour eux deux. »

C’est donc en couple que Laura et Franck vont à leur tour consulter la praticienne. Laura en a marre de passer de l’argent là-dedans. Quant à Franck… « Je n’ai que 25 ans et je toussais déjà tous les matins. À 15 ans, j’ai fait une double infection pulmonaire. Donc je savais depuis longtemps que la cigarette, il faudrait que je l’arrête plutôt tôt que tard?! » Comme pour ses parents, la magie opère.

« Parfois, j’ai encore envie, mais ça dure 30 secondes. Je bois un verre d’eau. Ça passe. » Laura a, quant à elle, ressenti le manque. « La première semaine, c’était facile, c’est sur la durée que ça s’est compliqué.

Six mois plus tard néanmoins, ils sont tous les quatre débarrassés de la cigarette.

« On se rend compte qu’il y a des habitudes biaisées, analyse Franck. Par exemple, quand, en voiture, on est énervé, on s’allume une cigarette. On a l’impression que ça nous calme alors que notre tension, en réalité, augmente considérablement après une cigarette ! Là, on nous apprend à se calmer sans, à respirer. Et la différence, c’est que c’est beaucoup plus durable. »

(Source lamontagne.fr)

Pascal Spiler

24 rue Noire - 44000 Nantes
02 85 37 74 95
07 82 87 16 11
Tram 3 : arrêt POITOU
Bus C2-12-23 : arrêt BRUNEAU
info@pascalspiler.com

Nous contacter
CGV