Accueil > L'hypnose médicale, « efficace à 100 % sur les gens volontaires »

L'hypnose médicale, « efficace à 100 % sur les gens volontaires »

Olivier Fleureaux, médecin-anesthésiste pratique l'hypnose médicale depuis quinze ans. A la clinique chirurgicale de la Porte de l'Orient, à Lorient, il permet à des patients de subir des interventions sans anesthésie ou d'éviter l'anesthésie générale. Rien de magique ou de spectaculaire dans la discipline : le patient est bien présent mais dans sa bulle. Explications.


C'est quoi, l'hypnose ?

« Ce n'est pas le sommeil », pose d'emblée Olivier Fleureaux, médecin anesthésiste-réanimateur à la clinique mutualiste. « Avec l'hypnose, on est au cœur de la relation médicale. Il y a vraiment une relation de confiance qui s'installe entre le patient et le praticien. Il s'agit de faire revivre au patient, qui est en pleine conscience, une expérience positive. On est dans ses repères, son temps personnel, ses ressources. L'hypnose, phénomène naturel, est un outil parmi d'autres. Elle est efficace à 100 %, seulement sur les gens qui sont volontaires. On ne peut pas l'imposer. »

 

Pour quels types d'intervention ?

« Elle se prête bien aux chirurgies de la carotide, des varices, de la thyroïde, la chirurgie inguinale, celle de l'incontinence urinaire chez la femme, décrit le Dr Fleureaux, qui pratique l'hypnose depuis une quinzaine d'années. « L'hypnose permet ainsi de se passer d'anesthésie générale. Elle est toutefois toujours accompagnée d'une anesthésie locale. »

 

Quels sont les intérêts de l'hypnose ?

« Le patient subit moins les effets des analgésiques, il récupère plus vite, il est moins douloureux, moins anxieux avant et après l'intervention. »

 

Comment cela se passe-t-il au bloc ?

En fait, tout commence bien avant. Le chirurgien voit son patient. Si l'intervention se prête à l'hypnose, le praticien l'évoque. Si la personne est demandeuse, lors d'une consultation, l'anesthésiste lui explique en quoi cela consiste. « Nous trouvons ensemble ce qui, dans son expérience, son vécu, est pertinent. » Ce qui lui fait du bien, l'apaise. Une promenade, une sortie en mer, etc.

Le jour de l'intervention, « on place le patient dans sa bulle hypnotique ». En quelque sorte, la conversation démarrée en consultation se poursuit au bloc, tandis que l'équipe s'installe. « On est dans un phénomène de dissociation : le patient est à la fois dans une salle d'intervention et dans une expérience passée », indique Olivier Fleureaux. Quand l'opération est terminée, l'hypnose l'est aussi.

 

Combien d'interventions sous hypnose ?

A la clinique mutualiste, si les actes sous hypnose sont plutôt en augmentation, le recours à cette technique demeure toutefois « largement minoritaire ».

 

Existe-t-il d'autres déclinaisons de l'hypnose ?

Pour l'annonce d'un cancer, par exemple. « Là, on parle d'hypnose thérapeutique pour accéder à des ressources qu'on peut avoir perdues, détaille Olivier Fleureaux. On peut également y avoir recours pour évoluer dans la vie, tout simplement. »

 

(Source ouest-france.fr)

Pascal Spiler

24 rue Noire - 44000 Nantes
02 85 37 74 95
07 82 87 16 11
Tram 3 : arrêt POITOU
Bus C2-12-23 : arrêt BRUNEAU
info@pascalspiler.com

Nous contacter
CGV